Deux voiles ventées – à M.P.

Mes yeux percent et dispersent leur entourage

D’un regard frondeur brisent un miroir opaque

Dont les éclats crèvent mon œil Kalonophage.

 

La vie gicle et s’éparpille

Elle se meut vêtue d’oripeaux,

____________- De vieilles guenilles

____________- Aux traits abyssaux.

 

Elle touche, tâtonne et saisit quelques fragments éparses

Qu’elle empoigne et fait sien

____________- D’un coup de mâchoire qui lui écorche la chair.

Nécromancien, elle rend vie à ses traînes-misère

____________- Dépareillés de toute beauté, fine et amère.

 

Mon corps s’ordonne Acéphale

Il broie les vertèbres d’aveugles aphones et vaniteux.

Son ère sang-sens nyctalope lorsque mes tripes chantent l’Aura

De pulpes qui se noient et dévorent un sentiment Ô glorieux ineffables.

L’instinct voile alors les cents et cavale l’essence aux grâces nébuleuses.

 

Mes chairs affables suintent les charmes de myrrhes enjôleuses

Quand tes courbes apostillent à l’issant de ma gueule 

___________________________ Les gemmes qui houspillent Até

Paradent et étreignent mon écorce d’une caresse naïve

___________________________ Au péché sibyllin. 

 

 

 

 

Emmanuel Lebourg

0 commentaire à “Deux voiles ventées – à M.P.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



blog d'une pythagoricienne |
mes petites idées |
Blog de Aymane Hafit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fictiontwilightdomination
| poèmes d'une romantique ...
| C'est de l'autre côté de ma...