Fantasmagorie – à K.M.

Un matin, à l’aube, la rosée se réchauffait sous les cyprès ;

Elle gloussait de plaisir, hoquetant de gêne, 

Alors qu’un rayon de soleil la courtisait tendrement.

Leurs fiançailles devaient sceller sa mort aux prémisses du grand Midi.

Mais à l’heure où sonnèrent les cloches de leur fortune, 

A l’heure où leur amour devait assécher cet idylle, 

Le maître artisan sculpta un chemin sibyllin, 

Aux cimes de leur effroi.

Trusquin et burin virevoltèrent de grâce et de finesse, 

Ciselant une brume sciure au souffle salin. 

L’édifice esquissait la beauté dure et éternelle de l’irréligion antique.

Il surplombait les eaux troubles de sa furie, paisible et fallacieuse. 

Les amoureux s’enivraient, leur demeure se révélait aussi somptueuse 

Que le socle se fanait, versatile. 

Hé la, qu’importe ! Son nom se forgea d’insouciance, Futile ; 

De cette vie facile, les hôtes se prélassaient, légers, à travers les frontières d’Hermès ;

Aux mains de son frère Apollon, ils s’extasiaient de chaque instant, succinct,

Et riaient, câlins, heureux des riens que chantonnait le merle-mutin.

Enfants surannés, ils s’émerveillaient des pluies cristallines

Que dessinaient les jonquilles aux portes du printemps.

Ainsi allait l’envie au chœur de leur Destin

Qui trépignait de patience et gazouillait leur pudeur

Tandis que les gamins s’échinaient, vains des vétilles,

A danser leur lie aux confins de mœurs badines.  

 

 

Emmanuel Lebourg 

 

0 commentaire à “Fantasmagorie – à K.M.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



blog d'une pythagoricienne |
mes petites idées |
Blog de Aymane Hafit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fictiontwilightdomination
| poèmes d'une romantique ...
| C'est de l'autre côté de ma...